Déclin du mac en art graphique

By admin
In mars 18, 2017
277 Views

Depuis déjà quelques années, on assiste au déclin du Macintosh dans les arts graphiques.

Professionnel des arts graphiques, formateur sur les logiciel de PAO et « mac-user » depuis 1993, je vous fais part de mon ressenti entre Apple et Windows-PC.

Apple a toujours développé d’extraordinaires produits de part la convivialité de son système, l’optimisation de ses machines et l’écosystème iOS-MacOS.

Les principaux éditeurs de logiciels d’art graphique ont toujours privilégié le Mac comme dernièrement Affinity. Historiquement Adobe a toujours été un partenaire important, mais depuis le conflit iOS-Flash et les obstinations d’Apple à vouloir développer ce qu’elle a envie sans répondre aux désirs des utilisateurs, l’éditeur historique fait cavalier seul et s’appuie aussi sur Windows.

Tactile…

Le grand ennemi W depuis sa version 8 et 10 apporte pas mal d’amélioration dans son système avec un lanceur agréable ; toutefois cela reste un windows classique derrière et on sent le manque de la convivialité macOS.

Par contre, l’apport de la fonctionnalité écran tactile et le mode tablette apporte un réelle amélioration, même si la première règle du graphiste est enfreinte  » Sur l’écran les doigts tu ne mettras pas !  »

Couleur…

Côté matériel, Apple décide de s’opposer à toutes les normes « standards » des arts graphiques. Les derniers Imacs Retina et MacBook Pro 2017 utilisent la norme couleur DCI P3 (norme peut utilisé du cinéma) qui a le mérite de couvrir 100% du gamut sRGB mais qui est en décalage avec l’Adobe RGB (seulement 93,6% de couverture) utilisé en imprimerie.

Par conséquent, cette norme colorimétrique au lieu de se rapprocher des besoins des arts graphiques qui est la spécialité historique de Apple, se rapproche d’une norme couleur cinématographique imitant les films cinéma, non adopté par cette industrie puisque Apple convoite la vidéo. Toutefois FinalCut Pro se retrouve face aux géants Avid Media Composer et Adobe Premiere.

Le constructeur Dell développe des écrans couvrant 100% du Adobe RGB et donc 100% du sRGB (mais seulement 87% du DCI P3).
Les dalles 4K sur les precision 5520 et XPS 15 couvrent 100% du Adobe RGB, de plus l’écran est tactile. D’un autre côté Wacom couvre de 94 à 97% ce spectre, Microsoft avec sa mobile studio n’a rien communiqué pour l’instant, mais Dell a annoncé une tablette dessin le couvrant à 100%.

La communication change…

De nos jours, en raison de la pluralité des média, il convient de travailler aussi bien sur le print que le web mais aussi la vidéo. Je dirai en premier sur la vidéo, le print et le web n’étant que des supports soutenant la vidéo.

Adobe l’a bien compris en proposant dans sa suite et aujourd’hui son cloud indesign-photoshop-illustrator, dreamweaver-Muse-animate et premiere/after effect.

Les spécialistes de la 3D et de l’animation (Cinéma 4D, Zbrush etc.) ont besoin de performance et de rendu temps réèl. Apple a privilégié AMD après s’être fâché avec NVIDIA, mais les éditeurs ont décidé de travailler avec des cartes graphiques certifiées comme les Quadro de NVIDIA.

Le logiciel d’Adobe After Effect optimise ses temps de rendu grâce au moteur CUDA intégré aux cartes graphiques NVIDIA (tout comme Cinéma 4D et d’autre logiciels) absent des macs.

Apple, rebelle hasbeen ?

Comme toujours la prétentieuse Apple décide de forcer la main aux éditeurs en leur demandant de s’adapter à leur plateforme (ça a marché avec iOS contre Flash-Adobe, ce en quoi Apple avait raison). Adobe n’a qu’à développer des moteurs de rendu sur AMD !

Peut-être que Apple a une vision à 10 ou 20 ans, mais les professionnels ont besoin de travailler maintenant sur des plate-formes innovantes, rapide, conviviale et fiables.

Certes il y aurait toujours les problématiques PC classiques : les virus, l’instabilité (uniquement valable pour ceux qui montent leur machine), un ordi moche et bruyant (c’est de moins en moins vrai)…

Alternative.

Apple en est réduit aujourd’hui à faire cavalier seul en proposant des produits innovants inspirants et beaux. Le monde de l’informatique a besoin de Apple car ils prouvent que c’est possible. Mais la philosophie de proposer un produit parfait n’est plus depuis que Steve Jobs n’est plus.

Dell, Wacom, Lenovo (YogaBook), Microsoft, Samsung perfectionnent davantage les propositions d’Apple.

Personnellement, je devrais conseiller un ordinateur :
Wacom MobileStudio Pro pour les graphistes, illustrateurs
Dell Precision pour les graphistes, photographes, vidéaste.

Leave A Comment